4

23.12.1944

Le 23.12.1944, Bondorf retombe aux mains des Américains après de lourds combats. Les Allemands se retirent à Baschleiden et dans les environs.

Un petit nombre de civils, qui n'avaient pas fui, étaient assis dans les caves, parmi lesquels se trouvaient aussi quelques Allemands. A l'entrée du village, vers Bondorf, les soldats allemands avaient pris position dans des tranchées et derrière des maisons. L'impact des obus était encore supportable à Bauschleiden du moins momentanément.

5

24.12.1944

Le 24.12.1944, dans l'après-midi, la panique a éclaté parmi les soldats allemands. Les pilotes de chasse américains les avaient découverts malgré leur camouflage blanc (neige). Les Allemands ont été poursuivis par ces avions agiles jusque dans les maisons. Avec leurs mitrailleuses à bord, ils frappaient avec une précision étonnante. Une volée est passée par la fenêtre de notre chambre, par exemple, et n'a manqué la tête de mon père que de quelques centimètres. Jusqu'à 20 hommes ont fait irruption dans notre maison et ont cherché refuge derrière les vieux murs épais.

Puis l'apparition inattendue de chars américains. Là où se trouve aujourd'hui le monument américain à l'entrée du village, op der Lennchen (nom du champ à l'entrée de Bondorf) était autrefois un tas de décombres (propriétaire Meyers Batty, fermier de Bauschleiden, père d'Emil Meyers, 10 rue Romaine), d'une superficie d'environ 3 à 4 ares et d'une hauteur d'environ 2 mètres. Derrière cette colline, les chars ont pris position. L'un d'eux s'est même approché à une distance de près de 20 mètres et s'est abrité derrière la botte de foin en paille au-dessus de notre maison. Un dernier regard et nous aussi, les garçons, nous avons couru dans la cave et n'avons presque pas osé bouger.

A l'intérieur de la maison elle-même, les Allemands se couchent derrière les brèches et les fenêtres, prêts à attaquer avec des bazookas à la main. Une heure de silence mort ou de paix avant la tempête ?

Puis, soudain, un démarrage des moteurs des chars lourds et un bruit de chaîne qui nous a fait nous retenir notre souffle. Tout le monde pensait que cela allait commencer. Mais aucun coup de feu n'a été tiré. Le rugissement s'est progressivement atténué. Les colosses d'acier se sont retirés vers Bondorf. On pouvait sentir un soupir de soulagement facilement compréhensible, tant de notre côté que du côté des "Preisen" (mot luxembourgeois pour "Prussiens").

Après ce choc, Tata Ditt (Deviscour Marguerite, épouse de Gremling Albert, mère de Gremling Josy et soeur de mon père Deviscour Nicolas), son fils Josy (car il n'aimait pas y aller seul) et moi, avons emménagé dans la cave de la maison Strotz, an Hechen (maison Daubenfeld-Strotz Margot, 9 rue Romaine). Elle se trouvait au milieu du village et était considéré comme relativement sûr.

Dans la maison Strotz, où nous étions logés, il y avait une cave "voûtée" relativement grande, d'environ 10 m de long et 4 m de large et d'une grande hauteur. Trois autres familles y avaient trouvé refuge : La famille Feyereisen-Dauphin "Tocken", la famille Diederich-Wagner "Wagenesch" et la famille Raach "Paschtöesch".

Lorsque l'artillerie américaine a cessé de tirer, la courageuse voisine Raach Pauline (épouse de Raach Anton, voisin de Daubenfeld-Strotz aujourd'hui Krieps-Promme 12 rue Romaine), qui habitait en face, a rapidement traversé la rue et est revenu quelques heures plus tard avec du pain fraîchement cuit (5-6 pièces). Le lait, les œufs et les pommes de terre nous étaient également fournis. Presque chaque maison avait son propre puits. Des lampes au carbure ou des bougies fournissent la lumière nécessaire. Une grande autosuffisance, qui serait une catastrophe supplémentaire aujourd'hui.

Vers Noël, le bruit incessant des obus a atteint son apogée. L'artillerie américaine a tiré continuellement sur Baschleiden depuis Bilsdorf. Aucune maison n'a été épargnée, surtout le côté sud du village qui a été le plus durement touché.

Au cours de ces journées, 7 maisons ont brûlé à Baschleiden, 8 autres ont été complètement détruites et beaucoup d'autres ont été gravement endommagées. Le rugissement des animaux piégés dans les écuries, comme à Dicksen (Poncin René, 4 rue Romaine), qui ont brûlé ou sont morts de leurs blessures, résonnaient encore dans mes oreilles des semaines plus tard.

-> Veuillez lire la suite à la troisième partie

Formulaire de Contact

Veuillez utiliser ce formulaire de contact si vous avez une question.

*Ces entrées sont obligatoires.

Veuillez vérifier le Recaptcha avant l'Envoi du Message.